5 régimes pour mincir après 50 ans. Lequel choisir ?

5 régimes pour mincir après 50 ans. Lequel choisir ?

“Hello ! Depuis la ménopause trop de kilos se sont installés. Suivez-vous un programme alimentaire pour vous aider à perdre du poids ?” Ou bien : “Preneuse aussi, d’un régime, mon rhumatologue me demande de perdre mon ventre. Je fais 65 kg pour 1,66m. Je stocke depuis toujours au niveau du ventre, mais depuis quelques mois ça s’est intensifié !”

Voilà le type de messages peuvent circuler assez fréquemment dans le groupe privé de Marre de la Ménopause. Ce sont ces messages qui m’ont inspiré cet article sur les régimes. Car les régimes, je m’y connais pour avoir pratiqué quelques-uns. Au moins quatre. Plus encore un que je ne pratiquerai jamais, mais sur lequel j’ai un avis. Voici donc ces 5 régimes. En ordre chronologique de leur apparition sur le “marché des régimes”. Du plus ancien au plus récent.

J’ai même fait une vidéo là-dessus :

Le régime Montignac

Montignac était la grande star des régimes. Le premier qui a introduit la notion d’index glycémique. Des livres vendus par centaines de milliers. Et autant de personnes qui ont suivi La Méthode Montignac. C’est vrai, il avait mis le doigt sur quelque chose devenu évidence aujourd’hui : le sucre. Ce poison blanc dont on n’en veut plus. Parce qu’il se transforme en graisse. On a mis du temps à le comprendre.

J’ai été longtemps adepte des principes de Montignac. Grâce à lui, j’avais remplacé la café par la chicorée, introduit les confitures allégés au petit-déjeuner, les biscottes… Tout ça, j’ai jeté maintenant à la poubelle. Je n’ai gardé qu’un seul principe de Montignac : manger des fruits avant tout le reste. Avant l’entrée et le plat principal. Jamais des fruits en dessert. Les fruits se mangent 20-30 minutes avant d’attaquer le déjeuner. Je ne dis pas “avant le dîner aussi” car on le sait maintenant : pas de fruits le soir. Trop de sucre qui ne pourra pas être dépensé la nuit.

Le régime Ducan

Oh, Dukan ! Il était sur toutes les lèvres. Beaucoup ont littéralement fondu avec ce régime qui ne jurait que par les protéines. Pas de pain. Peu de fruits et de légumes. Bonjour les constipations ! J’en ai bu des coca light et mangé des surimi (“pratique à transporter”, “bons pour le grignotage” sic). Régime totalement décrié aujourd’hui. J’espère qu’il n’y a pas un seul être humain qui suit de telles inepties.

Voilà, par exemple, un petit film, tourné chez Fleury Michon, qui montre la fabrication des surimi. Bravo pour la transparence. Mais c’est quand même un aliment à proscrire. Quand on apprend que la couleur orange, si astucieuse et censée être appétissante, c’est du paprika rajoutée… Sans plus de commentaire.

Le programme minceur Jenny Craig

Jenny Craig est une société de diététique d’origine australienne. J’avais suivi pendant quelques mois leur programme pour maigrir en 2012, fait en partenariat avec Nestlé Nutrition. C’étaient des repas préparés, livrés à domicile, un système archi bien huilé. Plus des conseils sur une activité sportive. Un suivi régulier par téléphone, par des conseillers en alimentation. Une documentation bien faite et explicite.

Ce régime m’a permis de prendre conscience des repas calibrés. 

Voici en bref les “plus” et les “moins” de ce régime efficace, mais oh combien industriel !

Les “+” :

  • l’envoi au début du mois des repas pour 30 jours – pratique, tout est prêt, jour par jour
  • les quantités sont bien proportionnés
  • les plats sont diversifiés
  • le suivi régulier par téléphone

Les “-” : 

  • les produits sont pré-fabriqués et sous vide (donc industriels) 
  • trop de sucre, trop de sel, trop d’additifs…
  • le prix élevé : 350 euros/mois, pour une personne (en 2012).

Le régime paléo

“Paleo” vient de “époque paléolithique”, la plus longue dans la préhistoire de l’humanité. Commencée il y a 2,5 millions d’années. Finie il y a 12 000 ans. C’est presque inconcevable comme durée. Donc ce régime prône ce que nos ancêtres, à l’époque paléolithique mangeaient. L’idée étant de manger comme eux, i.e. pas de produits industriels (sauces industrielles, salades toutes prêtes, barres de céréales, viennoiseries), ni de produits laitiers (yaourts, fromages), ni de céréales (produits modernes).

C’est bien ! Consommer des produits bruts, comme faisait le Hommo Sapiens : viande, plantes, graines… D’accord. Mais cela veut dire beaucoup de viande rouge. Donc assez acidifiant comme régime. Qui dit acidifiant, dit ostéoporose potentielle, fonte de la masse musculaire, calculs rénaux, hypertension… C’est donc, vous l’avez compris : non.

Le régime cétogène

C’est le moins connu. Pourtant aux Etats-Unis, c’est un régime qui cartonne. Le principe : 0 sucre, peu ou pas de féculents, beaucoup de graisse. Parce que les graisses sont énergisantes. Pas besoin des glucides du sucre pour faire marcher le corps. Voilà ce qui est bien. Ce qui me dérange, toutefois, ce sont les charcuteries, les bacons, les lards etc. autorisés allègrement par ce régime. Bourrés du sel et autres conservateurs.

Quoi faire finalement ?

Manger vivant. Le plus souvent possible. Des graines germées pour l’énergie. Boire de l’eau à pH* 8 minimum. Boire du vinaigre de cidre. Des smoothies verts. Des jus verts.

Pas besoin de s’inscrire sur des sites payants comme croc kilos et autres. Un peu d’intelligence, comprendre comment fonctionne le corps. L’aimer et en prendre soin. C’est notre temple. Il faut être attentive à ce que nous mettons dedans. A chaque bouchée, à chaque gorgée.

Pas de produits industriels. Faire des tours dans les magasins bio et se constituer petit à petit son propre régime. Celui qui convient le plus à son corps. Appliquer quelques principes de base comme ceux décrits dans “Comment perdre du poids après 50 ans ?”

C’est simple, non ?

Ou, mieux encore, rejoindre mon programme de coaching en ligne et en vidéo RENAITRE, pour retrouver son poids idéal et sa forme, ça c’est le top 🙂 Un programme unique et complet – psychique, physiologique et alimentaire – spécialement conçu pour des femmes en préménopase ou à la ménopause qui ont pris du poids et qui souhaitent retrouver leur poids idéal. Basé sur le profil hormonale et les dernières études scientifiques de la nutrition. 

 

* pH=potentiel hydrogène, indicateur d’acidité, 1-14, le 7 étant neutre. Le sang a un pH de 7.

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu