Je suis fatiguée, c’est la ménopause ?
Je suis fatiguée, c'est la ménopause ?

Je suis fatiguée, c’est la ménopause ?

Tu es en préménopause ou en ménopause et tu te sens fatiguée ? Normal… A la ménopause, la forte baisse des oestrogènes, hormones secrétées par les ovaires, affecte plusieurs fonctions de l’organisme. Cela se traduit par une panoplie de changements corporels et psychiques dont la fatigue.

D’abord, c’est ton corps qui se modifie : lire “Le top 5 des changements physiques à la ménopause”.

Beaucoup de femmes, par exemple, se retrouvent, après 45-50 ans, avec des seins plus volumineux : lire “Les seins après 50 ans : soutien-gorge ou brassière ?”

Ensuite, c’est ton état psychique qui peut se modifier. La tristesse, les angoisses, le stress augmenté, la nervosité, la déprime et la dépression sont monnaie courante : lire Dépression à la ménopause” et Tout m’énerve, c’est la ménopause ?”

Et un fait peu connu : tu peux te sentir aussi fatiguée. Souvent c’est une fatigue totalement inversée, dès le matin, pas seulement après un bon repas, en fin de matinée ou au début de l’après-midi.

Voici ce que dit, par exemple, Carla, membre du groupe privé Facebook « Marre de la Ménopause » : « Pffffff, je ne me reconnais plus ! J’étais très énergique avant. Jamais de douleurs. Je supportais le stress. Fini tout ça. Je suis très vite fatiguée, j’ai des hauts et bas au moral, je prends du poids… »

Mais qu’est-ce que la fatigue au juste ?

Une définition : “La fatigue est un état […] se caractérisant par une diminution des performances physiques ou cognitives… une baisse de l’attention et de la concentration.”

La fatigue a de multiples visages. Elle peut être physique, psychique, morale, chronique… Elle disparaît, réapparaît. Elle est réversible, surtout la fatigue physique. Il suffit de se reposer et de bien dormir pour retrouver un niveau normal de performance.

La fatigue la plus complexe et invalidante est la fatigue chronique (SFC) : elle ne s’améliore pas par le repos au lit et qui est amplifiée par l’activité mentale ou physique.

La fatigue a aussi un aspect sociologique car elle peut exprimer une incapacité de s’adapter à son environnement et à un rythme de vie trop accélérée, inhérent à la société moderne.

La fatigue peut être liée aussi au stress.

La fatigue se voit

La fatigue nous gêne car ne pas être en forme se voit, se sent… Ses signes ?

  • Les cernes sous les yeux.
  • Les bâillements interminables.
  • Le manque d’entrain.
  • La mollesse.
  • La lenteur.

On n’a pas d’énergie et la morale est dans les chaussettes.

Et on a le droit des phrases comme “T’as une petite mine, toi !”, “Oh, ça n’a pas l’air d’aller ?”…

On est fatiguée et ça se voit.

Fatigue à la ménopause : quelles en sont les causes ?

Les causes de la fatigue sont de deux types : exogènes (extérieures de nous) et endogènes (venant de notre intérieur : physiologiques et psychiques).

Les causes exogènes liées à notre environnement immédiat : emploi du temps chargé, burn-out, trop d’exigences et peu de reconnaissance, embouteillages, pollution, mauvaise nutrition et digestion… – génèrent du stress et une fatigabilité nerveuse.

Les raisons de la fatigue sont aussi nombreuses que ses différentes formes.

  • Il se peut que c’est à cause de manque de fer. Un bilan sanguin permettrait de détecter des carences en fer par exemple ou des carences plus subtiles. Bien que du fait de ne plus avoir de cycles, on risque de se retrouver avec trop de fer. C’était mon cas : je me sentais fatiguée car j’avais trop de fer.
  • La mauvaise nourriture, trop riche en sucre et en toxines.
  • Une dépression masquée,…
  • Le syndrome de fatigue chronique (SFC), aussi appelé encéphalomyélite myalgique. C’est une fatigue profonde, invalidante, persistante. Elle est complexe à soigner.  Le repos par exemple ne suffit pas.

Dans cet article, je te partage mon expérience avec la fatigue et les solutions que j’ai expérimenté pour faire face. Je te partage aussi quelques astuces échangées entre les membres du groupe privé Facebook « Marre de la Ménopause ».

Pourquoi je me sens fatiguée ?

A partir de mes 40 ans environ et pendant des années, je me sentais très, très fatiguée. Je ne comprenais pas pourquoi. J’ai cru même que j’étais malade d’une maladie étrange, mystérieuse et indétectable. Les analyses de sang étaient correctes. J’avais suffisamment de fer. Rien, aucun signe qui pouvait être détecté par la médecine traditionnelle et qui pouvait expliquer cet état de fatigue permanente.

Je ne savais pas encore que la fatigue était tout simplement un des symptômes de la préménopause. Et que c’était « normal ».

Aujourd’hui, du haut de mes 56 ans, je peux te donner quelques conseils et astuces. Si tu te sens aussi fatiguée que moi je l’étais, j’espère qu’ils te seront utiles.

Solution n°1 : Augmenter le taux d’oestrogènes

Cela paraît logique : puisque la baisse des oestrogènes est la cause de beaucoup de maux à la ménopause, il est judicieux de pallier à cette baisse. Je le vois clairement : quand je me fais des cures de sauge ou je consomme des graines de lin, j’ai nettement moins de bouffées de chaleur. Lis

Mais attention : si tu as des contre-indications comme par exemple tu as eu un cancer ou quelqu’un de ta famille a eu le cancer, il ne faut pas s’aventurer trop dans cette voie.

Solution n°2 : Dormir

Je ne te dévoile absolument pas un scoop, mais pour ne pas se sentir fatiguée et pour avoir de l’énergie, la toute première solution est de bien dormir.

Le problème est que l’insomnie et le mal dormir font partie des symptômes les plus récurrents à la ménopause.  Et les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes et autres réjouissances ménopausiques n’arrangent en rien notre sommeil car pour bien dormir il faut que le corps ait une température basse.

Voici des témoignages des membres du groupe privé « Marre de la Ménopause »  sur Facebook.

Linda : « Je ne dors vraiment plus comme avant ».

Sylvie : “Encore deux nuits où j’ai dormi d’affilée 9h30 quasiment, est-ce normal que je me sente raplapla ? Au secours ! J’y comprends rien moi ! Je suis contente d’avoir plus de nuits complètes, mais ça me désarçonne de voir que ça me fatigue autant…. Je pensais que ce serait le nirvana de récupérer des nuits complètes, en tout cas ça veut dire que je commence à me rééquilibrer naturellement, et du coup je me sens un peu nulle d’être si peu en forme et d’avoir du mal à émerger. »

Plus je dors, plus je suis fatiguée

En plus de ne pas pouvoir bien dormir, il y a un effet inverse. Parfois, on peut dormir beaucoup et se sentir aussi fatiguée.

Eh oui, plus d’heures de sommeil ne signifie pas forcément moins de fatigue et plus d’énergie.

Solange, membre du groupe privé Facebook « Marre de la Ménopause » : « Insomnies… puis de temps en temps dodo maxi et toujours aussi fatiguée. »

Quoi faire ? Regarde ma vidéo : « 9 astuces contre l’insomnie [et pour retrouver le sommeil]”

J’entends souvent dire que quand on est fatiguée, on a du repos à rattraper. Est-ce vrai ? Je dirai que « oui ». Adopter de temps en temps le mode “marmotte”, cela peut aider. En tout cas, c’est ce que je fais. En semaine, je suis très active. Je travaille près de la tour Eiffel à Paris, je vois beaucoup de gens, j’envoie des centaines de mails par jour, je pars tôt et je rentre tard. Alors, le week-end, oui, je suis une marmotte et je ne bouge pas de ma banlieue parisienne verte et apaisante.

Pour aller plus loin, rejoins mon programme de formation et de coaching en ligne : « Dormir ».

Solution n°3 : Se nourrir correctement

Quand je dis correctement, c’est à la fois en termes de qualité de l’alimentation, de fréquence et du timing des repas.  Pour mieux dormir par exemple, il vaut mieux manger 2 à 3 heures avant d’aller au lit.

D’abord, pour avoir plus d’énergie, il y a la détox.

Pourquoi ? Il faut avoir la conscience que notre alimentation a plus changé au cours des 60 dernières années, que lors des 5 millions d’années précédentes. C’est un gros changement : 80% de notre alimentation est d’origine industrielle, i.e. dénaturée, transformée, raffinée. La nourriture moderne contient des acidifiants, des colorants, des conservateurs, des stabilisants, des pesticides… Une pomme, par exemple, est traitée avec des pesticides plus de 20 fois avant d’arriver chez nous. Notre corps n’est pas fait pour fonctionner avec des aliments traités. Les organes qui doivent évacuer les toxines sont saturés et les conséquences sont visibles : mauvais sommeil, fatigue, poches et cernes sous les yeux, problèmes digestifs, prise de poids etc. Il faut les nettoyer régulièrement, donc les détoxiner, et s’alimenter de la façon la plus naturelle possible. Après une détox, on dort mieux, on retrouve de l’énergie et on peut même guérir de troubles chroniques que l’on a depuis des années.

Ensuite : manger vivant. Pourquoi ? Parce que les aliments vivants, les fruits, les légumes, les oléagineux, qui ne sont pas cuits contiennent un trésor de vitamines et des minéraux, essentiels pour le corps. Donc, à nous les germoirs et les graines germées, les fruits et les légumes de saisons, bio et locaux.

Solution n°4 : Bouger

J’entends parfois des femmes dire « Je ne vais plus faire de sport car je fatigue rapidement ». C’est vrai que ce n’est pas évident, mais bouger est tellement important après 50 ans. De tous les points de vue. Prévenir l’ostéoporose, l’arthrose, déstresser…

Personne ne te demande de faire du sport de haut niveau, mais il faut vraiment faire ses 5000 pas par jour. Marcher, courir, nager, s’étirer, se plier, sauter…

Du point de vue sommeil, il vaut mieux faire une activité sportive avant 17 heures. La raison ? L’échauffement du corps chauffe. Pour bien dormir c’est mieux d’avoir une température corporelle plus basse.

L’activité sportive, surtout dans la nature, contribue énormément à déstresser. Plus tu es stressée, plus tu dors mal.

Quand je me sens fatiguée et je n’ai pas la force de faire quoi que ce soit, alors je rends visite à la Mère Nature. Et je vais beaucoup, beaucoup mieux. C’est ce que j’explique dans cette vidéo : « Je suis fatiguée… Alors, je cours ! »

Je suis fatiguée… Alors, je cours !

Solution n°4 : Avoir un bon niveau de fer

Si tu es carencée en fer, oui, cela peut être une raison pour ta fatigue. Surtout dans cette époque de végétarisme. Beaucoup de femmes ne mangent plus de viande rouge, source naturelle de fer. Donc, avant toute chose, vérifie si tu n’es pas en anémie.

Marie, membre du groupe privé Facebook « Marre de la Ménopause » : “Coucou les filles, grosse fatigue aujourd’hui et moral dans les pantoufles (y’a plus de place dans les chaussettes), mais peut-être un petit espoir. A ma surprise mon médecin m’a dit que je pouvais faire une carence en fer ! Étrange, vu que je n’ai plus de règles depuis 6 mois, mais il m’a expliqué que ma carence pouvait être ancienne et qu’en général on ne s’en aperçoit pas tout de suite parce qu’elle s’installe lentement… Un petit espoir si c’est ça car avec un traitement cela pourrait soulager quelques symptômes surtout la fatigue, la baisse de moral et troubles de l’humeur”.

Hélène, membre du groupe privé Facebook « Marre de la Ménopause » : “Moi, je suis en manque de fer depuis 4 ans. Donc voilà, je mange des lentilles, du kiwi, des boudins, des haricots verts, tous les aliments qui contiennent du fer. C’est bien. Depuis 1 an, mon taux de fer a vraiment remonté et je suis moins fatiguée.”

Un inconvénient : le fer peut provoquer une légère constipation.

Bon à savoir : la vitamine C aide à fixer le fer.

Des membres du groupe privé ont indiqué qu’elles prenaient Fero-Grad, un médicament qui contient du fer et de la vitamine C.

Solution n°5 : Avoir suffisamment de magnésium

Le manque de magnésium peut être aussi à l’origine de la fatigue. Tu peux faire une cure de magnésium, mais fais attention à sa qualité, il y en a des différentes. Demande le conseil à la pharmacie.

Attention : concernant le fer et le magnésium, les effets se font sentir au bout de plusieurs semaines, tout dépend de l’importance de la carence, donc il faut être patiente et persévérer.

Solution n°6 : Les compléments alimentaires

Le complément alimentaire que je vois cité le plus souvent est Manhae. J’en ai déjà parlé dans d’autres articles sur ce blog. Bien évidemment, ce n’est pas non plus LE complément alimentaire. Pour certaines femmes ça fonctionne, pour d’autres non.

Sylvie, membre du groupe privé Facebook « Marre de la Ménopause » : “Pour moi, qui était épuisée au début de ma premenopause (loque vivante), depuis 6 mois avec Manhae je revis pour ce qui est de l’énergie !”

Elise, membre du groupe privé Facebook « Marre de la Ménopause » : “Manhae n’a jamais fonctionné sur moi. Je l’ai pris pendant 3 mois et je l’ai arrêté.  Cela dit, rien ne fonctionne que ca soit Ymea, Acthamea, Sérélys. J’essaie maintenant FSH 15ch et Lachesis Mutus 15ch. Il faut tout tester et chacune a le produit qui lui correspond et si vraiment rien ne marche : direction THM quand on peut !”

Ensuite, il y a bien sûr, la vitamine C. On peut faire des cures surtout pendant les règles si tu les as toujours. Ça donne un coup de fouet.

Et si on arrêtait de dire : « Je sais, c’est pas facile »

Enfin, j’aimerais finir cet article sur quelques chose de très important, ménopause ou pas.

Ton état d’esprit, ta façon de réfléchir.

Emile Coué l’a déjà dit il y a plus de 100 ans : si tu penses que tu vas bien, tu iras bien.

Et moi je dis : si tu penses que tout est possible, ce sera possible. Si tu penses que c’est facile!le, ça sera facile.

Ne te mets toi-même des barrières. Ne t’enfermes pas dans des réflexions limitantes.

Et soi belle, heureuse et LIBRE.

Laisser un commentaire

Fermer le menu