7 signes qui montrent que je mange trop de sucre

7 signes qui montrent que je mange trop de sucre

Parmi les quatre saveurs – salée, sucrée, acide et amère – , la sucrée est celle qui plaît le plus. Parfois, on l’apprécie tellement que l’on peut développer une vraie addiction. Sauf que ! le sucre, c’est du poison blanc. De plus, il se cache partout. Accusé de tous les maux, il est à l’origine du diabète, du surpoids ou encore du cancer. Est-ce que je mange trop de sucre ? Comment le savoir ? Voici les symptômes qui indiquent qu’il faut peut-être mettre la pédale dure sur le sucre.

Voici donc les 7 signes qui indiquent que vous mangez trop de sucre. Il est urgent d’arrêter le sucre et de se prendre en main.

1. J’ai trop de soif !

Lorsque l’on a trop de sucre dans le sang, le corps s’en débarrasse par les urines. Cette déshydratation entraîne la soif.
NB : Si vous avez soif de façon excessive et que vos urines sont diluées et abondantes, cela peut être un symptôme de diabète.

2. J’ai envie de grignoter

Ne pas pouvoir résister aux craquages est un signe d’addiction au sucre. La consommation du sucre déclenche en fait le mécanisme de la récompense géré par le cerveau. Il faut savoir que les glucides exercent une action d’antistress et d’antidépression. En augmentant le taux d’insuline (cf plus bas le mécanisme physiologique d’assimilation du sucre par le corps), ils stimulent la synthèse de la sérotonine, l’hormone du bonheur. Ce qui explique les effets sédatifs (ça calme l’anxiété et la tension nerveuse) et hypnotiques des aliments sucrés. Quand on mange du sucré, on se sent mieux… Le problème c’est que : 1) ce sucre se stocke en graisse et 2) plus en mange du sucré, plus on a envie d’en manger. On rentre dans un cercle infernal.

Pour mieux résister aux craquages et à la dépendance au sucre : cf plus bas “Les 11 astuces pour diminuer le sucre sans être en manque”.

3. Ma peau ne va pas bien

Ah oui, si on mange trop de sucre, regardez la peau, vous aurez certainement quelques signes comme l’acné, la rosacée ou encore le dermite séborrhéique…

4. Aïe, j’ai grossi !

Eh oui, le sucre se transforme en gras dans l’organisme.
Cf plus bas “Que ce passe-t-il si on mange trop de sucre ? Un petit rappel physiologique”.

5. Tout m’énerve !

Irritabilité, sautes d’humeur, pensées négatives… Tout ça peut-être intimement lié à la variation du taux de sucre dans le sang.

6. J’ai des caries !

Le sucre est transformé en acide par les bactéries qui attaque l’émail dentaire et bonjour ! les caries. Brosser ses dents matin et soir est un minimum.

7. Mon cerveau fonctionne au ralenti !

Le sucre donne “un coup de fouet” mais l’effet est très vite limité. Très vite on subit l’effet inverse : on commence à somnoler, on a envie de sucré et pas beaucoup d’énergie…  Choisir donc des aliments à index glycémique (IG) bas qui redonnent aussi de l’énergie au corps sans les inconvénients du sucre qui a un IG de 100 !

Cf plus bas “Les 11 astuces pour diminuer le sucre sans être en manque”.

Que ce passe-t-il si je mange trop de sucre ? Un petit rappel physiologique

Si le taux du sucre (ou le taux de glycémie) dans le sang augmente, afin de maintenir un taux de glycémie normal, le pancréas va secréter une hormone : l’insuline. Le rôle de l’insuline est de faire baisser le taux du sucre dans le sang en le dispatchant vers le cerveau, les muscles et… les cellules adipeuses. Vous devinez la suite : le sucre qui atterrit dans les cellules adipeuses se transforme en graisse.*

Aussi, si on consomme trop de sucre, le pancréas va se fatiguer de produire de l’insuline. Par conséquent, la glycémie aura du mal à se réguler et on risque d’avoir du diabète.

11 astuces pour se sevrer du sucre

  • Faire le tri des placards et du frigo !  C’est la meilleure chose à faire pour ne pas succomber à la tentation du sucré. Bannir : les gâteaux industriels, les chocolats au lait, les chocolat blanc, les bonbons, les friandises de tout genre, les sodas, l’alcool, les sauces (ketchup, mayonnaise, barbecue…) et toutes les préparations industrielles toutes faites avec des sucres ajoutés.
  • Lire bien les étiquettes des aliments que l’on achète. Le sucre est partout ! Même dans le blanc du poulet. Il prend en plus de noms différents : glucose, maltodextrine, xylose… Idéalement il ne devrait pas dépasser les 2 gr pour 100 gr de nutriment.
  • Cuisiner soi-même. Ainsi, on sait ce que l’on met dans son assiette. Diminuer systématiquement le sucre indiqué dans les recettes des gâteaux. Cela ne change pas beaucoup le goût au final.
  • Consommer des aliments riches en tryptophane et des glucides à index glycémique faible ou modéré. Pourquoi ?
    Les glucides stimulent la synthèse de la sérotonine, l’hormone du bonheur, par le cerveau, à partir du tryptophane (c’est l’un des 9 acides aminés essentiels pour nous). Pour éviter la compulsion pour les aliments sucrés, il faut donc consommer suffisamment d’aliments riches en tryptophane et des glucides à index glycémique faible ou modéré.*

  • Supprimer les aliments à index glycémique élevé : comme le pain blanc, le sucre blanc raffiné, les pizzas, les donuts, les cookies, les pâtisseries, les frites !, les pâtes, et même les carottes cuites (IG 90)
  • Attention avec le fructose qui est un sucre simple à index glycémique bas, naturellement présent dans les fruits et le miel. Mais il est aussi fabriqué industriellement à partir de l’amidon de maïs pour enrichir les aliments transformés. L’excès de fructose peut diminuer la satiété, augmenter l’appétit et déclencher la mise en réserve des graisses dans le tissu adipeux et donc le surpoids. Excepté le fructose naturellement contenu dans les fruits, il faut éviter les aliments artificiellement enrichis en fructose.*
  • Manger en pleine conscience, en savourant chaque bouchée. Halte à l’alimentation émotionnelle qui nous pousse à manger sans avoir faim !
  • Manger toujours à sa faim, ne pas se restreindre pendant les repas sous prétexte de ne pas grossir. Bien sûr ce que l’on mange est bien choisi et ne dépasse pas les 2 gr de sucre pour 100 gr de nutriments. Parce que si on mange moins, sous prétexte de ne pas grossir… on se sentira rapidement affamée et on aura certainement des pulsions de sucré. Et quand on est addicte, on risque de succomber car l’envie sera plus forte que la raison. Résultat ? On s’est limité sur ce qui est bon pour l’organisme et on ne lui apporte que du néfaste. Bien manger pendant les repas pour être rassasié est essentiel. Cela limitera les fringales.
  • Ne pas prendre du dessert à la fin des repas. Casser le sacre-saint trio entrée-plat-dessert et éviter les desserts de tout genre car cela entretien l’addiction au sucré. Même pas de fruits. C’est bien connu : les fruits se mangent AVANT le repas. Parce qu’ils passent rapidement dans le système digestif. Au bout de 10 minutes, la voie est ouverte et on peut attaquer le repas. Sinon, manger des fruits à ventre plein, favorisent leur fermentation et dons la perte de tous leurs bienfaits. Quel gâchis ! Ce n’est parfois pas évident de changer cette habitude, mais croyez moi, au bout d’une semaine, vous ne penserez plus au dessert à la fin de vos repas 🙂 Prenez plutôt une entrée pour être rassasiée et ne plus avoir faim à la fin du repas.
  • Le top 3 des coupe-appétit naturels et du ventre qui gargouille ! Toujours avoir une poignée de 20 amandes, noix ou noisettes à disposition. Elles contiennent de bonnes graisses et on se sent rassasiée.
  • Manger que du chocolat noir, à 80 ou 90%. C’est le moins sucré et le plus intéressant du point de vue nutritionnel (fibres, bonnes graisses…). Le chocolat blanc ou au lait sont enrichis en sucre ajoutés et favorisent l’addiction au sucre. 

Comment aller plus loin dans la compréhension des changements du corps à la ménopause et le rééquilibrage alimentaire ? 

C’est simple : rejoignez mon programme de coaching en ligne et en vidéo RENAITRE, pour retrouver votre poids idéal et vitalité.

C’est un programme unique et complet – psychique, physiologique et alimentaire – spécialement conçu pour des femmes en préménopase ou à la ménopause qui ont pris du poids et qui souhaitent retrouver leur poids idéal.

Le programme est basé sur les dernières études scientifiques de la nutrition et le “profil hormonal” que chaque femme membre du programme trouve soi-même en faisant des exercices proposés dans le programme.

* Lu dans Dr Jacky Thouin  « Nos hormones et la santé. Comment ça marche ? » – Editions Médicis, 2005, 260 p.

Cet article a 3 commentaires

  1. Bonjour Albena,
    J’ai 47 ans, mariée, 1 enfant de 20 ans. Je suis postée et travaille dans une usine automobile. Difficile de bien s’alimenter…
    Je ne suis pas une adepte de l ‘outil informatique ; de plus, hier j’ai essayé de vous envoyer un mail pour recevoir votre guide des 7 remedes sans succès, c’est pour vous dire !
    Je voudrais bien m’inscrire à votre programme, formule chaque mois, plus intéressant pour moi. Avez-vous des femmes ouvrieres et postées comme moi ? Je ne sais pas aller sur facebook. A vrai dire, je n’ai pas beaucoup de temps pour moi.
    Dites-moi comment je pourrai correspondre avec vous, facilement, et les quelles sont les démarches “faciles” pour suivre le programme toute seule chez moi. Ma peur de ne pas y arriver, comme avec weight watcher ou jamais je n’ai réussi à joindre quelqu’un? Avez-vous un contact par téléphone? Qui sait?
    Merci de m’avoir lu, je vous souhaite de bonnes fetes de fin d’années, Albena.
    Me MATUSZAK Géraldine

    1. Bonjour, Géraldine, je vous ai envoyé un message sur votre messagerie email. Vous pouvez aussi me contacter sur hello@marredelamenopause.com. Albena

Laisser un commentaire

Fermer le menu