La vérité sur les phytoestrogènes : sont-ils vraiment bons pour nous ?

La vérité sur les phytoestrogènes : sont-ils vraiment bons pour nous ?

Les phytoestrogènes sont des hormones végétales qui modulent l’activité hormonale de l’organisme, à la ménopause elles jouent le rôle d’hormones de remplacement. A distinguer des oestrogènes priorités par les ovaires et dites endogènes.

possèdent des effets “oetrogènes-like”

on distingue les isoflavones de soja et des autres légumineuses comme les lentilles, les haricots ou les pois, ainsi que les lignages présentes dans les céréales complètes, les graines de lin, les crucifères (choux, brocoli, navet, rutabaga, radis) et le sésame.

La consommation régulière  de crucifères favorise la dégradation des oestrogènes endogènes dans le sens bénéfique ????, en particulier en diminuant le taux d’oestradiol – principal oestrogène fabriqué par l’organisme, et le plus cancérogène.

soja

légumes secs (surtout le pois chiche)

céréales complètes (surtout le seigle)

graines de lin

sésame

noix

fenouil

certains fruits (pomme, agrumes, raisin)

huile d’olive

thé

graines germées

certaines plantes trèfle rouge, sauge, luzerne

certaines huiles essentielles (dont l’anis vert)

 

Pour devenir actives, les phytoestrogènes doivent être transformées par la flore intestinale… Or certaines femmes sont incapables de le métaboliser;

 

On le sait : les maux à la ménopause sont dus à la chute des œstrogènes, hormone sexuelle primaire des femmes, secrétée par les ovaires. Dans sa grande sagesse, la Nature a tout prévu et a créé les phytoestrogènes, molécules d’origine végétale qui imitent les œstrogènes. Il existe 300 végétaux qui continent des œstrogènes dans des petites quantities. Si on consomme des phytoestrogènes tous les jours, ils peuvent diminuer les effets néfastes de la ménopause, comme les bouffées de chaleur par exemple. Il y a 2 grandes classes de phytoestrogènes : isoflavones et lignanes.

Les isoflavones : lin (graine, huile), soja, pois chiche, lentilles, trèfle rouge, haricots, céleri, persil, fenouil, ail.

Les graines de lin : un super aliment, super riche en #phytoestrogènes. 2-3 cuillères à soupe de graines de lin moulues par jour sont excellentes pour maintenir un bon niveau d’œstrogènes. Tu peux saupoudrer de graines de lin moulues tes salades, yaourts, smoothies etc. Ce super aliment est aussi riche en Omega-3, acides gras essentiels qui stimulent le métabolisme et le corps à brûler les calories en accélérant la décomposition des graisses. Utilise des graines de lin fraîchement moulues pour augmenter leur effet.
Lien vers l’article houblon
Fait curieux : le #houblon (et donc la bière) peut diminuer les #boufféesdechaleur 🤔 ! Le houblon est une #phytohormone i.e. un végétal qui contient des substances s’apparentant aux hormones humaines [ou hormones endogènes, fabriquées par le corps]. Des études récentes ont démontré que le houblon contient de la #hopéineou 8PN, un flavonoïde au pouvoir #œstrogénique[c’est justement la baisse de l#oestrogène, une hormone féminine, qui est à l’origine de tous les symptômes désagréables de la #ménopause]. C’est la raison pour laquelle les grands buveurs de #bière subissent parfois une gynécomastie, i.e. augmentation du volume de la glande mammaire 🙂
Le #houblon donc peut augmenter le taux d’oestrogene et par ricochet diminuer les bouffées de chaleur ! Mais il faut savoir qu’en tant que #phytohormone, il a moins d’intensité que les hormones endogènes et qu’il prend plus de temps à agir. Une solution : les compléments alimentaires naturels que l’on trouve sous forme de poudre en gélules (prendre 2 à 6 gélules de 150 mg par jour), comme celui-ci : http://amzn.to/2v5PGPk. Ou… boire plus de la bière… Enfin LA bonne excuse, Mesdames, pour s’adonner avec joie et sans culpabiliser à ce breuvage pétillant 🙂 🙂 🙂
Ah, oui, j’oubliais : le houblon améliore aussi les états anxieux, les troubles du sommeil et la perte des cheveux.

The most important for menopause are isoflavones daidzéine et génistéine, whose chemical structure is similar to the female hormone estradiol.

Daidzein and genistein are capable of attaching themselves to the sensitive spots of the female reproductive system where the estrogen receptors are located.

In the previous text I warned they are not as strong as estrogens, but it is believed they act on the estrogen receptor in such a way that they reinforce the molecule of estrogen.

That’s why regular consumption of soy and soy products, which are the main sources of daidzein and genistein, creates an estrogenic effect.

The same foods also strengthen the heart, alleviate hot flashes and have a positive effect on the bone health.

As early as 1993. British Medical Journal published that soy and the phytoestrogens from flax and red clover sprouts in an experiment reduced the FSH levels (Follicle-stimulating hormone (FSH) is secreted from a small gland in the brain called the anterior pituitary).after only a couple of weeks of therapy to the same levels as before menopause.

Simply put, those superphytoestrogens took the biological clock backwards.

oléagineux : Les oléagineux sont des plantes cultivées spécifiquement pour leurs graines ou leurs fruits riches en matières grasses, dont on extrait de l’huile à usage alimentaire, énergétique ou industriel. Les résidus de l’extraction constituent les tourteaux généralement recyclés dans l’alimentation animale.

On distingue :

On peut extraire de l’huile de pratiquement toutes les graines, mais cette extraction est souvent d’une importance limitée. Exemples : huile de pépins de raisin, huile de pépins de courge, etc.

Certains oléagineux, riches également en protéines, sont appelés « oléo-protéagineux ». Exemple : le soja.

légumineuses : les plantes cultivées pour leur apport en protéines sont appelées protéagineux. Ce sont essentiellement des légumineuses.

 

Article sur les phytoestrogènes

http://alternativa-za-vas.com/en/index.php/clanak/article/menopause-diet

Discover the groceries rich in phytoestrogens

Si vous êtes une femme, consommer des aliments avec de l’oestrogène naturel et empêche les maladies

Phytoestrogens from food may relieve or eliminate numerous unpleasant menopausal symptoms.

Get to know those compounds and find out how to help yourself with food on your plate.

The largest quantities of estrogen are present in foods that are not special or expensive. Most of them are already stored in almost every kitchen.

They are: flax, chickpea, lentil, soy product, red clover and beans.

An exception is soy, which you may not have unless you are vegetarian or vegan.

Particularly useful are phytoestrogens from vegetables like celery, parsley, fennel and garlic.

The most important for menopause are isoflavones daidzein and genistein, whose chemical structure is similar to the female hormone estradiol.

Daidzein and genistein are capable of attaching themselves to the sensitive spots of the female reproductive system where the estrogen receptors are located.

In the previous text I warned they are not as strong as estrogens, but it is believed they act on the estrogen receptor in such a way that they reinforce the molecule of estrogen.

That’s why regular consumption of soy and soy products, which are the main sources of daidzein and genistein, creates an estrogenic effect.

The same foods also strengthen the heart, alleviate hot flashes and have a positive effect on the bone health.

As early as 1993. British Medical Journal published that soy and the phytoestrogens from flax and red clover sprouts in an experiment reduced the FSH levels after only a couple of weeks of therapy to the same levels as before menopause.

Simply put, those superphytoestrogens took the biological clock backwards.

Which foods are the richest in phytoestrogens?

Isoflavones

  • soy milk
  • tofu
  • miso
  • lentil
  • chickpea
  • mung bean sprouts

Lignani

  • sesame seeds and flaxseeds
  • cashews
  • collard greens and broccoli
  • pumpkin seeds
  • green cabbage and sauerkraut
  • •chinese green tea

Lignani

  • alfa alfa sprouts
  • red clover
  • soy sprouts
  • peas
  • garbanzo beans and small black beans
  • dry mung beans

Recommended daily doses

It is still impossible to recommend exact daily doses of phytoestrogens. It is known that one should eat at least 50 to 100 g of phytoestrogen-rich foods.

However, you can see in the table that you already take sufficient quantities of estrogen sources.

Among the soy products, tofu is the richest isoflavone source so you should take 100 g tofu or 250 ml to 600 ml soy milk to satisfy your needs in menopause.

Pay attention on how much isoflavones you take because some research suggest that it’s the high concentration of isoflavones in food supplements (not in food) may be responsible for the increased risk of developing breast cancer.

Be careful with phytoestrogens if you currently take antibiotics. 

They interfere with phytoestrogen absorption in the body as long as several months after stopping taking them ! ! !

To improve phytoestrogen apsorption it is important to regularly eat yogurt containing Lactobacillus acidophilus.

If you aren’t accustomed to eating soy and dislike its taste, start with eating more pois chiche, haricots et lin. Introduce soy products slowly until you get used to them.

For best effects

Don’t forget that phytoestrogen-rich foods should be eaten in smaller quantities but more frequently as the Japanese women do. 

The highest phytoestrogen level in the blood occurs 6 to 8 hours after eating them.

Eat only organic soy without GMO.

  • de Soja: cette légumineuse et ses dérivés tels que le tofu, lait de soja et le kéfir, entre autres, est un source riche en isoflavones, un type de phytoestrogènes qui soulage les effets de la ménopause, douleurs articulaires et les maux de tête, et ainsi de suite.
  • Graine: les graines de lin ont trois fois plus de phytoestrogènes de soja, mais pour votre corps à absorber, vous aurez à les broyer avant de les manger. D’autre part, le sésame et les graines de tournesol sont également délicieux et nutritifs, et peuvent pour augmenter nos niveaux d’œstrogènes. De plus, vous savez très bien que les add-ons croustillant pour les salades.
  • Haricots: une grande variété de céréales, contient l’avantage d’œstrogènes naturels. Ces vous pouvez trouver souvent dans des ragoûts ou des soupes, mais peut aussi être l’accompagnement de nombreux plats. Ces légumineuses aussi se démarquer pour être faible en gras, riche en fibres, en calcium, en potassium, des anthocyanes et des isoflavones.
  • des Aliments riches en vitamine C: les agrumes, les kiwis, les tomates, les pêches, les bananes, le maïs, le chou-fleur, les asperges et des, parmi d’autres aliments contiennent des niveaux élevés de vitamine C, qui aide à maintenir les niveaux d’oestrogène et de prévenir la perte de densité osseuse, réduire la pression artérielle et des niveaux élevés de cholestérol, entre autres choses.
  • de l’Huile d’olive: les propriétés de l’huile d’olive et les olives, l’amélioration de la production d’œstrogènes et, en outre, ils possèdent d’innombrables avantages pour la santé du cœur, de la peau, les cheveux, les ongles, etc., grâce à leur bonne santé des acides gras Oméga-3.

au-delà de incorporer ces aliments riches en œstrogènes naturels dans votre alimentation quotidienne, vous aurez besoin d’apporter un rythme de vie sain, de l’exercice régulièrement et avoir suffisamment de sommeil. La consommation d’énergie des aliments que vous avez mentionné ci-dessus pendant la période de pré-ménopause et de la ménopause, car, dans les deux périodes, les femmes ont tendance à avoir un niveau d’oestrogène faible.

Laisser un commentaire

Fermer le menu