Arrêter le café ? Oui, dès maintenant !

Arrêter le café ? Oui, dès maintenant !

Boire du café quand on est en pré-ménopause ou en ménopause, est-ce une bonne idée ?

Le problème est que beaucoup de femmes n pré-ménopause ou en ménopause rencontrent ces 2 symptômes : fatigue (lire mon article “Je suis fatiguée, c’est la ménopause ?”) et dépression (lire mon article “Dépression à la ménopause”)

Il y a des solutions pour les diminuer, voire les faire disparaître. Le café NE fait pas partie de ces solutions. Bien au contraire. Je dirais même qu’il est urgent de l’arrêter. Si on veut retrouver le sommeil et la paix intérieure.

J’ai fait une vidéo à ce sujet et ci-dessous je liste les arguments du “pourquoi est-il urgent d’arrêter de boire du café” quand on est en pré-ménopause ou à la ménopause.

La caféine est la substance psychoactive la plus consommée au monde

Avec l’eau, le thé, la bière et le vin, le café est la boisson la plus consommée au monde. Boire du café le matin est devenu un geste presque instinctif. Et surtout addictif.

 

L’addiction au café vient du fait que c’est un excitant, un stimulant psychotrope. On a l’impression que l’on ne peut plus s’en passer pour se réveiller le matin. Le café stimule le système nerveux, améliore la concentration, la mémoire…

 

Mais la caféine peut aussi perturber le sommeil. Pourquoi ?

  • Parce que la caféine bloque l’adénosine, un neurotransmetteur de type hormonal, secrété par le cerveau. L’adénosine est importante pour le métabolisme énergétique, l’oxygénation du cerveau pendant le sommeil et l’endormissement. C’est aussi un inhibiteur de l’activité cérébrale i.e. elle sert à ralentir les agitations mentales et de se reposer.
  • Parce que la caféine stimule la sécrétion par les glandes surrénales de l’adrénaline, l’hormone du stress. Cette hormone est très utile en cas d’activité physique intense. Elle entraîne une accélération du rythme cardiaque, une hausse de la pression artérielle.
    Mais avez-vous besoin de l’adrénaline à la pré-ménopause et à la ménopause ? A une période de votre vie où l’on fait face à tant de changements. Physiologiques : modifications du système hormonal, métamorphoses corporelles… Psychiques avec l’apparition des états émotifs nouveaux, une irritabilité et nervosité que vous n’aviez pas auparavant. Franchement, non, du tout.

Le café : le pour et le contre

Certes, le café a beaucoup de vertus. C’est, notamment, un puissant anti-oxydant. Il régule les anti-radicaux qui s’attaquent aux cellules saines et favorisent les maladies cardiaques et certains cancers. En tant qu’anti-oxydant, le café est associé à la diminution du risque de plusieurs maladies comme la maladie de Parkinson ou la maladie d’Alzheimer.
 
Il est riche en magnésium, phosphore, potassium, sodium. Il contient beaucoup de vitamines B, C, D, E… avant de passer par l’eau bouillante qui détruit la majorité, … anéantit toute la vitamine C et une grande partie des vitamines B.
 
Le café est aussi un léger diurétique (aide à éliminer les toxines).
Mais le grand “contre” le café : son acidité. Et oui, le café est acide et fait pencher l’équilibre basic-acide en faveur de l’acidité… qui est néfaste pour nous, à la ménopause. Pourquoi ? Parce que l’acidité favorise l’arthrose et l’ostéoporose. Gardons notre capital osseux et arrêtons ce café, Mesdames.
 

Je ne peux pas arrêter le café

Si toutefois vous ne pouvez pas arrêter le café, essayez de ne pas dépasser les 300 mg/jour, soit 2 tasses/jour.
Et ne pas le boire à jeun. 
Pourquoi ? Parce qu’il stimule la sécrétion de l’acide chlorhydrique qui est le principal constituant des acides gastriques décomposant les aliments. A quoi servira-t-il si l’estomac est vide ? 
Si vous ne pouvez vraiment pas vous en passer de la caféine, mon conseil :
1. Se limiter à une tasse par jour, accompagnée de l’eau
2. Ne pas boire du café 8 heures avant de vous coucher, cela aidera votre sommeil. Si vous vous couchez à 23h, plus de café donc à partir de 15h.

Laisser un commentaire