Rétention d’eau à la ménopause : pourquoi ? quoi faire ?

Rétention d’eau à la ménopause : pourquoi ? quoi faire ?

La rétention d’eau à la ménopause est un phénomène connu de beaucoup de femmes. C’est le fait de retenir et de fixer l’eau dans les tissus sous cutanées surtout dans les membres inférieurs. Ceci entraîne du gonflement et de la prise de poids hydrique.

Deux raisons principales pour la rétention d’eau

Il y a deux raisons principales pour la rétention d’eau : physiologique et psychique.

La rétention d’eau touche majoritairement les femmes car certaines hormones féminines – les oestrogènes, l’aldostérone – influencent circulation veineuse. Et elle peut être impactée à cause des fluctuations hormonales et du ralentissement du métabolisme à la ménopause.

Mais à part les changements physiologiques du corps, dus à la ménopause, il existe une raison d’ordre psychique. La rétention d’eau est le signe d’un état plus ou moins inconscient d’insécurité et de peur. Et cet état psychique peut s’aggraver à la ménopause.

Dans cet article, je fais le point sur 4 sous-sujets essentiels :

  • Qu’est-ce que la rétention d’eau ? 
  • La différence entre rétention d’eau et cellulite.
  • Les raisons de la rétention d’eau.
  • Quelques solutions pour diminuer/éliminer la rétention d’eau.

Comment savoir si je retiens l’eau ?

Le symptôme principal de la rétention d’eau est le gonflement :

    • des mollets
    • des chevilles
    • des jambes
    • des doigts.

Si vous vous sentez “gonflée”, avez “des jambes lourdes”, “des doigts gonflés”, par exemple, vous faites très probablement de la rétention d’eau.

Quelle est la différence entre rétention d’eau et cellulite ?

La cellulite, c’est le stockage de la graisse, et non pas de l’eau, sous forme de capitons ou amas de graisse. C’est la très disgracieuse peau d’orange.

Certaines parties du corps sont plus aptes à stocker la graisse. Les hanches, les fesses, les cuisses. Et à la ménopause : le ventre et  les bras.

Ces amas de graisse sont u obstacle de plus à la circulation des fluides dans le corps.

Le corps humain et l’eau ?

Le corps d’une femme est constitué à 55 % d’eau. C’est un peu moins que le corps d’un homme (65% d’eau) à cause des tissus adipeux qui sont plus importants chez les femmes.

La quantité en eau du corps humain dépend de plusieurs facteurs. Sexe, âge, corpulence… Pour plus de détails, vous pouvez consulter le dossier du CNRS à ce sujet.

À l’intérieur du corps, la concentration d’eau varie d’un organe à l’autre : de 1 % dans les dents à 90 % dans le plasma sanguin. La plus grande part d’eau est dans les cellules, ensuite dans l’espace intercellulaire. Le reste est dans le sang et la lymphe, et circule en permanence dans tout le corps.

Avec l’âge, la quantité d’eau dans le corps diminue. Elle est remplacée par de la graisse. Plus les tissus vieillissent, plus ils se déshydratent. D’où l’apparition d’un des symptômes les plus redoutés de la ménopause : la peau sèche

Raisons physiologiques de la rétention d’eau

  • Problème de retour veineux ou insuffisance veineuse : le sang a des difficultés à remonter jusqu’au cœur et stagne dans les parties basses. Les vaisseaux sanguins se dilatent et deviennent plus poreux. De l’eau peut alors passer du sang vers les cellules qui font gonfler les tissus.
  • L’insuffisance rénale. C’est quand les reins ne sont plus capables de filtrer la totalité de l’eau qui a été consommée. 
  • Mauvaise circulation de la lymphe : l’eau est aussi transportée, en partie, par la lymphe. La lymphe est un liquide jaune sécrété en cas de blessure pour aider à la cicatrisation. Le sang circule poussé par les battements du cœur. La lymphe, elle, circule grâce aux contractions musculaires et aux mouvements du corps. Si on reste assis ou debout sans bouger pendant longtemps, la lymphe va mal circuler. Elle s’accumule dans les jambes. Et l’eau contenue dans la lymphe ne peut pas remonter jusqu’aux reins pour y être filtrée. Alors, elle se stocke donc dans les cellules.

Alimentation et rétention d’eau

Notre comportement alimentaire peut aussi influencer la rétention d’eau.

  • Ne pas boire assez : le corps compense en stockant l’eau. Tous les jours, nous éliminons plus de 2 litres d’eau à travers l’urine, la transpiration et la respiration. Même l’air que nous expirons contient de la vapeur d’eau. Si on veut ne pas se déshydrater, il faut donc compenser la perte d’eau et boire. Par la sensation de soif, le corps nous avertit qu’il est déjà en état de déshydratation. Cela signifie qu’il faut boire avant d’avoir soif, i.e. avant de commencer à se déshydrater.
  • Le manque de magnésium. Le corps a besoin de magnésium pour presque toutes ses fonctions. Lorsque il en manque, il ne peut pas fonctionner normalement et finit par stocker de l’eau.
  • La surconsommation du sel.  Le sodium, naturellement présent dans les cellules du corps, a la capacité de retenir les liquides. Parfois, les cellules peuvent augmenter jusqu’à 20 fois leur taille normale. Consommé en grande quantité, il absorbe l’eau de manière excessive et la piège dans les tissus.

D’autres facteurs de rétention d’eau

  • Plusieurs médicaments contre l’hypertension (bloqueurs calciques) ainsi que certains anti-inflammatoires à base de corticoïdes. Sur du long terme, ces traitements peuvent entrainer beaucoup de rétention d’eau et donc une prise de poids considérable.
  • Rester debout ou assis de façon prolongée.
  • La chaleur.
  • La génétique.

Rétention d’eau et peur

Enfin, une dernière raison pour la rétention d’eau d’ordre psycho-énergétique : la peur. C’est le sentiment d’insécurité et d’appréhension du monde extérieur, du jugement des autres… Regardez cette vidéo dans laquelle j’explique cette raison particulière de la rétention d’eau (cliquez sur l’image). C’est Michel Odoul qui en parle dans “Dis moi où tu as mal”.  

Comment réduire la rétention d’eau ?

Il existe plusieurs solutions :

  • D’abord : travailler sur soi et éliminer la peur du monde extérieur, des jugements et des regards des autres.
  • Ensuite : cultiver l’habitude de boire suffisamment d’eau. Pour un adulte de taille moyenne, qui vit sous un climat tempéré et qui ne fait pas d’efforts physiques particuliers : 2,5 litres par jour. Les aliments apportent 1 litre et les boissons 1,5 litres.

  • Choisir ses aliments. 
  • Porter des bas de contention qui exercent une pression sur la lymphe et stimule ainsi sa circulation.
  • Faire du drainage lymphatique.
  • Ne pas rester trop longtemps ni debout, ni assis. Bouger.
  • Utiliser la lithothérapie – il existe des pierres à effet drainant.
  • Utiliser les huiles essentielles comme l’HE de citron. Diluée dans une huile végétale (e.g. l’huile d’amande douce), elle est excellente pour masser les parties du corps gonflées à cause de la rétention d’eau.

Quels aliments éviter ?

  • Le sel d’abord !  C’est un exhausteur de goût, utilisé beaucoup par l’industrie alimentaire. Eviter les cornichons, les olives, les plats préparés congelés, la sauce de soja, la charcuterie, les légumes en conserve, les aliments transformés, le fast food… Se limiter à 0,5 gr/100 gr. Le remplacer par des herbes, épices, poivre noir etc.
  • Le sucre ! Il augmente le niveau d’insuline et par conséquent la capacité du corps à se débarrasser du sodium (sel) diminue. Idem : éviter tous les aliments transformés (biscuits, gateaux, sodas), céréales sucrées etc. Lire l’article “7 signes qui montrent que je mange trop de sucre” 
  • L’alcool ! Il provoque la déshydratation et empire la rétention d’eau.

Quels aliments pour éliminer l’eau ?

  • Aliments riches en eau : artichaut, asperges, carotte, céleri, choux, concombre, cresson, endives, fenouil, laitue, melon, pastèque, poivron, pomme, tomate…
  • Aliments riches en magnésium : légumes verts (avocats, épinards), légumineuses (haricots blancs, lentilles, pois cassés), oléagineux (amandes, noix, noisettes, …), graines (tournesol, coriandre, sésame)
  • Baies de genièvre, graines de céleri, jus de canneberge, ortie, persil
  • Tisanes, thé vert, le thé en feuilles de pissenlit
  • Ail (diurétique naturel et décompositeur des graisses)
  • Aliments riches en calcium
  • Vitamines du complexe B (notamment la B6)

Laisser un commentaire