Oui, Madame, vous avez l’arthrose du dos, vous savez c’est l’âge…

Oui, Madame, vous avez l’arthrose du dos, vous savez c’est l’âge…

C’est ma 2ème rencontre avec l’arthrose. Cette fois-ci, on me détecte l’arthrose du dos. Il y a une 10-aine d’années, c’était l’arthrose du genou (cf mon article à ce sujet  “L’arthrose du genou gauche : qu’est-ce que cela signifie ?” , ainsi que ma vidéo.

A y réfléchir maintenant, puisqu’on me dit que la douleur que je ressens depuis des mois est due à l’arthrose, oui, cette douleur m’est connue. Elle ressemble à celle que j’avais à cause de la douleur du genou. Sauf que maintenant c’est en bas à droite de la colonne vertébrale.

Oui, à droite et en bas. Précision importante car j’étais persuadée qu’elle est due au foie.

Cinq diagnostics : c’est une arthrose du dos ! 

D’ailleurs, quand on a ce genre de douleurs, il n’est pas du tout évident de poser un diagnostic.

La preuve : j’ai eu 5  diagnostics avant d’arriver à la « vérité ». Oui, Madame, vous avez l’arthrose, vous savez c’est l’âge… »

Oui, mon Capitaine, mais une des choses que je déteste le plus est que l’on me dise « c’est l’âge ». On me l’a fait déjà celle-là, il y a presque dix ans, je n’avais même pas 50 ans. Et que va se passer à 60 ans ? A 70 ans ? J’ose même pas penser à 80 ans, je serai un vestige, une ruine, un fossile.

Du « simple » lumbago aux calculs rénaux

Premier diagnostic fait après un examen médical on ne peut plus ordinaire. Quelques coups de marteau sur les genoux pour s’assurer que tout va bien au niveau des réactions. Marcher droit. Pesée sur une balance très sophistiquée qui mesure tout : muscles, masse grasse, eau. En termes de poids, ça va, j’ai un IMC (indice de la masse corporelle) parfait, je suis à IMC 22, donc entre 18,5 et 25 ce qui signifie poids normal.

Et le couperet tombe : c’est un « simple » lumbago. Prescription d’anti-inflammatoires et d’antidouleur. Dix jours plus tard : toujours de douleur, un peu atténue, mais toujours là. Effet presque zéro.

Deuxième examen médical et 2ème diagnostic : c’est peut-être le rein droit, des calculs. C’est une médecin généraliste, très sûre de son diagnostique.  Elle me prescrit une analyse sanguine et un scanner des reins. Rien d’alarmant côté analyse du sang et le scanner a infirmé l’hypothèse du médecin : zéro calculs.

Scanner, échographie, radiographie… c’est une arthrose du dos !

Le spécialiste qui a fait le scanner me prescrit dans la foulée une échographie et une radiographie.

Echographie et 3ème diagnostic : tous les organes vont bien, reins, foie, pancréas. Zéro problème de foie.

Radiographie et 4ème diagnostic : « arthrose inter-apophysaire postérieure du segment lombaire bas. En plus d’une scoliose et d’une discarthrose dans l’angle de courbure de la scoliose. »

Bien évidemment, on ne perd pas de temps à m’expliquer qu’est-ce qu’une arthrose inter-apophysaire, mais voyons, vous ne savez donc pas qu’est-ce que c’est ?

Et mon oncle Google me dit que c’est une variété d’arthrose qui se caractérise par une destruction ou une érosion du cartilage articulaire situé entre les apophyses vertébrales. Et ces apophyses correspondent aux parties saillantes des vertèbres. Ce sont elles qui permettent de stabiliser la colonne vertébrale, de réaliser les mouvements d’extension, de maintenir la tête droite.

Ce qui m’intrique au plus haut point c’est que l’oncle Google me dit que l’arthrose inter-apophysaire n’a pas d’origine inflammatoire et n’entraîne ni raideur le matin, ni douleurs la nuit.

Arthrose, arthrite, ostéoporose : quelles différences ?

Tout d’un coup, je me sens perdue et je me pose quelques questions : c’est quoi au juste l’arthrose par rapport à l’arthrite ? Et à l’ostéoporose dans tout ça ?

Première précision : arthrite et arthrose, ce n’est pas la même chose. L’arthrose, c’est l’usure du cartilage des articulations. L’arthrite, c’est une inflammation, d’origine métabolique, qui détruit les articulations.

Et l’ostéoporose ? Elle est très sournoise car elle grignote petit à petit nos os et nous pouvons perdre jusqu’à 30% de notre masse osseuse. Les raisons ?

– Le vieillissement des os
– Le manque d’œstrogènes
– La carence en calcium
– La carence en vitamine D
– Le manque d’exercice…

Concrètement, ce sont des fractures, le plus souvent au niveau des poignets, des vertèbres et des hanches (col du fémur), mais aussi du tassement des vertèbres (le dos se courbe) qui donne un mal de dos… Pour entretenir les os, il est important de bouger. Regarde ma vidéo Douleurs articulaires : 9 exercices de prévention” où je te montre un set d’exercices très simple, à faire régulièrement.

Donc, je n’ai pas d’arthrite, pas d’ostéoporose, peut-être l’arthrose : mes cartilages donc se dégradent, tout simplement.

Et qu’est-ce que les cartilages ?
Ce sont des coussinets glissants qui facilitent les frottements des multiples articulations de notre corps quand nous sommes en mouvement : jambes, hanches, genoux, coudes, colonne vertébrale, nuque, épaules… 

Pour atténuer les douleurs de l’arthrose, le plus souvent on recommande deux choses :

  • perdre du poids afin de réduire la charge sur les articulations (je n’en ai pas besoin),
  • faire de l’exercice qui peut aider de perdre du poids et de renforcer les muscles, ce qui protège les articulations et leur permet de mieux fonctionner. D’accord : des exercices physiques j’en fais régulièrement.

Et puis ? C’est le mystère.

Le mystère de l’arthrose du dos

Puisque j’ai l’impression que la médecine traditionnelle n’a pas tout à fait les réponses à mes douleurs de bas de dos, je regarde du côté de la psychoénergie qui a une explication fort intéressante de l’arthrose. Puisque l’arthrose est liée à notre capacité de mouvement, on peut déduire qu’elle nous parle de notre peur face au mouvement et au changement. La peur nous fige. La peur nous fait perdre notre souplesse et notre capacité à laisser glisser (cartilages). On s’accroche à ses certitudes et croyances profondes (os), les rendant ainsi plus denses, plus lourdes et moins mobiles. 
On peut comprendre aussi pourquoi l’arthrose s’intensifie plus facilement avec l’âge, car beaucoup d’entre nous se figent, se durcissent en vieillissant et sont de moins en moins aptes au changement et au mouvement. 

La partie du corps où l’arthrose se manifeste nous parle clairement de quel changement nous avons peur. [ Lu dans Dis-moi où tu as mal. Le Lexique : plus de 300 pathologies ou traumatismes décodés” de Michel Odoul.

Qui dit le rhumatologue de cette arthrose du dos ?

Avec le cliché de radiographie, j’affronte un, … je ne sais plus…,  5ème spécialiste ? Un rhumatologue trouvé sur Doctolib et qui a la rareté d’être aussi chiropracteur. Aha ! ça c’est utile, je me dis, car il saura manipuler le corps plus qu’un rhumatologue tout court.

Lui, le rhumatologue-chiropracteur, c’est du rapide, un œil furtif sur mon pauvre corps endolori et sur le cliché de la radiographie. Il m’écrit une ordonnance de 10 séances de kiné et « hmmm… je vous prescris aussi des anti-inflammatoires… ? » Je hoche la tête pour confirmer mon consentement, mais quelque chose dans son ton me met la puce à l’oreille.  Par rapport aux anti-inflammatoires. Seraient-ils donc dangereux ?

Je me renseigne sur les anti-inflammatoires et finalement, oui, je les abandonne. 

J’entame mes séances de kiné. Si elles ne feront pas partir mes douleurs, au moins elles ne me seront pas nocives.

Voilà où j’en suis aujourd’hui.

Mes douleurs sont toujours là, surtout la nuit. Tourner à gauche m’est très douloureux car je sollicite mes muscles du bas de dos à droite. Tourner à droite, est nettement plus aisé. Ça palpite en bas de mon dos, toujours plutôt à droite, mais, par diffusion, à gauche aussi.

Voilà, ça fait presque 5 mois que je ne sais pas qu’est-ce que j’ai.

J’expérimente un tas de choses pour me guérir moi-même. Car je crois dans la force de mon mental et dans la force de la nature.

Mais ceci fera l’objet d’un autre article, celui de ma guérison.

Cet article a 2 commentaires

  1. Nathalie M

    Bonjour,
    On m’a diagnostiqué une arthrose du bas du dos il y a maintenant 5 ans. J’avais 43 ans. En bas , à droite, avec scoliose associée. Mes nuits étaient terribles surtout à partir de 4/5 heures du matin. Je me levais pliée en deux et il me fallait bien deux heures pour retrouver ma mobilité. J’ai rencontré un chiro qui m’a beaucoup aidé. J’ai arrêté de dormir sur le ventre (très important la position de sommeil) et j’ai acheté un matelas à mémoire de forme. J’ai fait des cures de compléments alimentaires à base d’harpagophitum et d’autres plantes associées. Je marche au moins 45 min tous les jours…
    Aujourd’hui je n’ai presque plus jamais mal . Une gène parfois mais je ne suis plus pliée en deux au réveil. Par contre ma scoliose fait que je me tiens mal et que j’ai des tendinites dans les hanches (mais bon c’est une autre histoire)
    Bon courage.
    J’espère que vous allez trouver ce qui vous soulage
    Nathalie

  2. Albena Gadjanova

    Bonjour, Nathalie, merci pour ton témoignage ! Les soins c’est un tout : alimentation, bouger et très important : pas de stress et un bon état d’esprit.

Laisser un commentaire